Dans un long entretien accordé à L’Equipe, Cristiano Ronaldo revient sur ses difficultés actuelles dans le début de saison du Real Madrid. Et l’attaquant portugais affiche toujours autant d’assurance.

Lorsqu’un extraterrestre redevient un peu plus humain, les interrogations apparaissent. Depuis de nombreuses années, Cristiano Ronaldo (32 ans) nous a habitués, avec Lionel Messi, à empiler les buts, faisant tomber les records un par un. Mais depuis le début de la saison, l’attaquant du Real Madrid est moins impressionnant. Ronaldo n’est pas inquiet Au moment d’évoquer sa moins bonne période, Ronaldo ne veut pas vraiment se remettre en question. «Ce n’est pas de ma faute si ça ne veut pas rentrer… Ça ne m’empêche pas de bosser de la même façon, d’avoir la même éthique de travail. Les choses vont changer, je ne suis pas inquiet» , a confié le Portugais dans un long entretien accordé à L’Equipe. Et il estime que sa suspension de cinq matchs en début de saison explique ce retard à l’allumage. «Je ne veux pas essayer de chercher des excuses, mais je pense que oui. J’étais très très motivé pour débuter la saison. Mais quand certaines personnes vous privent du terrain, de votre surface d’expression… La manière dont cela s’est passé m’a déçu, et ça me rend triste» , confie-t-il. Ronaldo avait été expulsé lors du match aller de la Supercoupe d’Espagne pour avoir légèrement poussé l’arbitre dans le dos.

Son image de «machine à buts» Persuadé de revenir prochainement à son meilleur niveau, le Lusitanien réclame de la patience. Il souhaite aussi plus d’indulgence concernant les critiques. «Les gens ne connaissent pas la différence entre bien jouer, jouer moyennement et ne pas marquer de buts. On me regarde comme une machine à buts, comme un mec qui doit marquer tout le temps. Si ça n’est pas le cas, tout le monde se fout de savoir si j’ai bien joué ou pas. Même si je bosse pour l’équipe, que je fais des passes décisives, que je m’implique dans le collectif, tout le monde s’en fout» , lance Ronaldo. Le natif de Funchal a habitué les gens à tellement marquer que quand il ne totalise qu’un but en sept matchs de Liga, tout le monde se pose des questions. «Je ne suis plus jugé que sur le fait de marquer, qui n’est parfois pas toujours la chose la plus importante. J’accepte les critiques, mais je ne suis pas d’accord» , a-t-il poursuivi. On notera tout de même que Ronaldo totalise 8 buts en 13 matchs toutes compétitions confondues, dont 6 en Ligue des Champions (actuel meilleur buteur de la compétition). La Coupe du monde en ligne de mire Pour appuyer ses propos, Ronaldo n’hésite pas à se réfugier derrière son entraîneur Zinedine Zidane. «Zidane est comme moi, il n’est pas inquiet. Il voit le comportement des joueurs. Mais les choses changent. Rien n’est jamais parfait. Personne ne peut être à 100 % sur l’intégralité d’une saison. D’autant que celle-ci sera longue, avec la Coupe du monde au bout» , indique-t-il. Cette Coupe du monde 2018 trotte sans doute dans un coin de sa tête et peut aussi expliquer une certaine économie alors qu’il pourrait s’agir de son dernier Mondial. «Dix ou douze mois au sommet, ça demande beaucoup d’énergie, de travail et de sacrifices. Les performances sont comme des cycles. On ne peut pas les reproduire en permanence» , explique Ronaldo. «Depuis deux ans, j’ai appris à me ménager, à être plus intelligent, plus patient aussi. (…) Le plus important, c’est l’aboutissement des choses, le terminus, la façon dont vous terminez la saison, pas le début, que les gens auront déjà oublié» , ajoute-t-il, comme pour confirmer son envie d’arriver en forme au Mondial. Le Ballon d’Or, Ronaldo a encore faim Est-ce que ses difficultés actuelles en championnat l’inquiètent à l’approche du Ballon d’Or ? «Non. Je suis confiant pour ce qui est de le remporter, pas inquiet» , assure le favori de cette édition 2017. Et il ne compte pas s’arrêter à cinq succès. «Là, mon rêve, c’est le cinquième Ballon d’Or. Et, l’an prochain, il y en aura un autre à aller chercher» , lance celui qui annonce en rigolant vouloir autant de Ballons d’Or que d’enfants, soit deux objectifs fixés à sept, son chiffre fétiche. Pour ceux qui le pensaient rassasié et affecté par son début de saison mitigé, ils pourront repasser…

Source: Maxifoot.fr

ok d